Quantcast

Tout savoir sur la réforme du bac pro

  • Publié le 06 janvier 2021
  • Mis à jour le 08 janvier 2021
  • Théo
Le lycée professionnel concerne un lycéen sur trois. Dans notre société qui ne cesse d’évoluer, il est essentiel de remettre l’éducation au goût du jour.
Réforme du bac pro

Aujourd’hui, notre société est en pleine transition : elle évolue vers plus de numérique, plus d’écologie, plus de savoir-faire… Ce sont les jeunes qui portent le changement et les enseignements qui doivent s’adapter et se moderniser.

Le lycée professionnel doit lui aussi évoluer. À l’heure actuelle, un lycéen sur dix en sort sans diplôme. 34% des jeunes ayant obtenu leur bac professionnel se retrouvent au chômage à peine sept mois après. Et si 61% des étudiants en BTS obtiennent leur diplôme après un lycée professionnel, seulement 3% des bacheliers professionnels obtiennent une licence. Des chiffres quelque peu alarmants qui révèlent un grand besoin de renouveau.

Une réforme du bac pro à trois leviers

Le Ministère de l’Éducation nationale a donc trois objectifs en tête dans le cadre de la réforme du bac pro : renforcer l’accompagnement, l’orientation et les opportunités. Pour les atteindre, il axe sa réforme de la voie professionnelle sur trois « leviers » :

  • « les campus « nouvelle génération » : il s’agit de valoriser les établissements et les formations. Il veut aussi promouvoir l’innovation et établir des partenariats notamment avec les régions et les entreprises.
    En 2018, un appel à projet de 50 millions d’euros a été lancé, dans le cadre du Programme d’investissement d’avenir visant à mettre en valeur des projets pédagogiques plus innovants. Ainsi, dans chaque campus d’excellence, il y aura un FabLab, des entreprises partenaires, un internat, des infrastructures culturelles et sportives, etc. L’objectif ? Créer au moins trois grands campus de bac pro par région, d’ici 2022.
  • « les formations de pointe aux métiers de demain » : le but est de réorganiser et d’adapter l’offre de formation à la société actuelle et aux enjeux d’avenir mais aussi de la rendre accessible à tous.
    Le grand défi est surtout d’adapter les diplômes à la fois aux attentes des étudiants et aux besoins des entreprises. Le Ministère prévoit notamment d’offrir une « carte de formation adaptée aux dynamiques des territoires » ainsi que des « parcours en formation initiale et en formation continue ».
  • « l’innovation pédagogique, moteur de la réussite » : ce troisième levier consiste à repenser l’enseignement. Pour cela, il souhaite croiser les disciplines et préparer davantage les lycéens à ce qui les attend dans l’enseignement supérieur et le monde du travail.

Cette réforme du bac pro compte bien remettre à neuf ce diplôme, en commençant par mettre en place la co-intervention pour de meilleurs apprentissages, un accompagnement plus solide et une spécialisation plus progressive des élèves. L’apprentissage sera, par ailleurs, possible dans tous les lycées professionnels de France et le dispositif de mobilité internationale sera valorisé et renforcé.

Avec la réforme du bac pro, les spécialités du bac professionnel se répartiront dans plusieurs familles de métiers. Le but est d’établir une base de compétences communes pour chacune. Quant à l’évaluation, les modalités seront revisitées, avec des épreuves d’enseignement général et professionnel dès la fin de la première et la création d’un diplôme intermédiaire, mais aussi l’épreuve du chef d’oeuvre en terminale et la création d’attestations de blocs de compétences pour les candidats ajournés.

Des passerelles envisageables entre école et apprentissage

Après la troisième, un élève peut préparer un certificat d’aptitude professionnelle (CAP) en 2 ans ou un baccalauréat professionnel en 3 ans. Le passage d’un autre diplôme est prévu pendant ce cursus : CAP et BEP plus rarement.

La voie professionnelle propose une préparation du bac pro en 3 ans, comme tous les autres bacs. Le diplôme se prépare en cours de formation à travers le CAP et le BEP, puis le bac pro à l’issue de la terminale professionnelle. Désormais, la réforme du bac pro prévoit la possibilité d’une passerelle entre la seconde professionnelle et la deuxième année de CAP. Le CAP pourra d’ailleurs se faire en 1, 2 ou 3 ans en fonction du profil et des besoins de l’élève.

Le bac professionnel peut toujours se faire soit par la voie scolaire dans un lycée professionnel (avec 18 à 22 semaines de période de formation en milieu professionnel sur trois ans en bac pro), soit par la voie de l’apprentissage dans les centres de formation d’apprentis publics ou privés (CFA) ou dans les lycées professionnels. Avec la réforme du bac pro, des passerelles entre l’apprentissage et la voie scolaire sont cette fois possibles. Un élève peut, par exemple, commencer par une première année de CAP et devenir apprenti en deuxième année.

Ton parcours en bac professionnel après la réforme du bac pro

L’année de seconde

Tout d’abord, tu entres en seconde où tu reçois 60% d’enseignements professionnels et 40% d’enseignements généraux. Dès le début de l’année, tu passes le fameux test de positionnement pour déterminer tes éventuels besoins en accompagnement. L’organisation de la classe de 2de par familles de métiers permet à tous les élèves d’acquérir les premières compétences professionnelles utiles dans un secteur, de se professionnaliser et d’affirmer progressivement leur choix.

Une famille de métiers peut regrouper entre deux et dix spécialités de baccalauréats.

Depuis la rentrée 2019, 9 familles de métiers sont en place dans les classes de 2de :

  • construction durable, bâtiment et travaux publics
  • gestion administrative, transport et logistique
  • relation client
  • industries graphiques et communication
  • études et modélisation numérique du bâtiment
  • alimentation
  • beauté et bien-être
  • aéronautique
  • hôtellerie-restauration

Après une période de quatre et six semaines en entreprise, tu choisis ta spécialité de bac pro. Par exemple, bac pro gestion-administration ou encore bac pro commerce.

Voir aussi :cours de bac professionnel

L’année de première

Ensuite, c’est la rentrée en première, puis en terminale ! Tu gagnes chaque année du temps de formation professionnelle et perds un peu de temps d’enseignements généraux.

Durant l’année de première, on te laisse le choix : l’apprentissage ou la voie scolaire. En apprentissage, tu alternes les semaines de cours et les semaines en entreprise. En voie scolaire, tu optes alors pour six à huit semaines en milieu professionnel !

L’année de terminale pro

En terminale, tu as deux options : le module d’insertion professionnelle et d’entrepreneuriat ou le module de poursuite d’études. La réforme met l’accent sur l’accompagnement autour du projet professionnel. Mais surtout, tu dois préparer un chef d’œuvre à présenter au bac. Cette réalisation devra montrer les compétences et le talent de son auteur dans sa spécialité. Ce chef d’œuvre s’évaluera à l’examen. 

De ce fait, une fois diplômé, c’est à toi de choisir : l’insertion professionnelle immédiate ou la poursuite d’études, en BTS par exemple. Par ailleurs, 2 000 nouvelles places sont disponibles en classes passerelles vers le BTS.

Sur le même sujet
20/03/2020 à 11:48

Coefficients des épreuves du bac S 2020

Connaître les coefficients du bac S vous aidera à "pondérer vos efforts" ou au moins à savoir sur quelle matière faire une impasse serait suicidaire. Malgré les faibles coefficients de certaines matières du bac S nous vous recommandons bien évidemment de ne faire aucune impasse.

bac 2021 candidats libres 01/12/2020 à 17:03

Bac 2021 : les modalités des épreuves en candidat libre

Avec la réforme du bac et l’évaluation de certaines matières en contrôle continu, comment seront notés les candidats libres ? Ces derniers auront désormais deux sessions d’examen distinctes avant les épreuves finales communes à tous les candidats. Quelles sont les modalités du nouveau bac pour les candidats libres ? Explications.

09/07/2020 à 17:56

Quelles conséquences auront les résultats records du bac 2020 ?

Les résultats du bac 2020 sont tombés hier dans la majorité des académies. Les épreuves ayant été annulées, le bac a été accordé grâce aux notes du contrôle continu. Résultat : un taux de réussite record du bac à l’échelle nationale. Le bac a-t-il été facilité ? Quelles conséquences auront ces résultats exceptionnels sur l’enseignement supérieur et l’embauche des bacheliers 2020 ? Éléments de réponses.

Commentaires (0)

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.